Société

Les humains se regroupent en sociétés non seulement pour mieux confronter les problèmes mais aussi car les besoins de contact et de communication sont universels. Le concept de l’identité et le sentiment d’appartenance sont inextricables avec notre relation vis-à-vis de la société et particulièrement avec les groupes sociaux dont on fait partie.

Une variété de scientifiques ont théorisé l’influence de ce qu’on appelle « la société » sur l’individu. Par exemple, le moment historique dans laquelle on vit et notre groupe social (sexe, âge, nationalité, origine socio-économique) affectent de manière directe le mode dont on pense, vit, élabore nos sentiments (Doise, 1984).

Chacun de ces contextes sociaux affectent entre autres nos représentations sociales sur des sujets comme le corps et la psyché ; on peut par exemple penser que c’est honteux de souffrir d’une maladie psychique et pas vraiment tabou de parler de nos maladies physiques. Certes, quelques maladies physiques sont plus « socialement acceptables » et valorisantes que d’autres.

Pour finir, un exemple classique est le regard de la société sur le corps. A part les modèles de beauté qui changent selon les décennies, même ce qui est considéré comme « bien » pour le corps et le bien-être va changer selon les ères, les cultures et les différents groupes sociaux.